Vous conduisez plus en sécurité avec le covoiturage et dans un taxi

Je désire participer à votre concours et gagner 6 tickets pour Europa Park

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Berlin / Munich (dpa / tmn) – Comment rester mobile en ces temps de Corona? Bien sûr, avec beaucoup de distance entre eux. Et nous partons à pied ou à vélo. Mais que se passe-t-il si d’autres itinéraires sont nécessaires ou s’il existe des restrictions physiques?

Si vous souhaitez actuellement éviter les transports en commun et ne pas avoir votre propre voiture, vous pouvez utiliser le covoiturage ou appeler un taxi. L’ADAC et l’Association fédérale de l’autopartage (bcs) expliquent comment les clients se comportent actuellement le mieux.

À quoi dois-je faire attention lors de la prise d’un taxi à Corona?

Quiconque a besoin de consulter régulièrement un médecin pour une maladie chronique et donne l’adresse d’un cabinet doit en tenir compte lors de la commande du taxi. L’ADAC conseille de signaler qu’il n’y a aucune suspicion d’infection par le virus corona.

Les clients montent actuellement dans le taxi à l’arrière droit, les mains aussi fraîches et soigneusement lavées que possible. Cela augmente autant que possible la distance par rapport à la personne derrière le volant. Les choses sont aussi silencieuses que possible sur le chemin – cela protège non seulement les passagers, mais aussi le conducteur. Si vous en avez un, vous pouvez également mettre un protège-dents.

Le conducteur ne peut-il pas mettre un masque mieux?

Demandez-lui s’il en a un – mais calme et amical, conseille le club automobile.

Dois-je préférer ne pas retourner une pièce?

Les clients de taxi préfèrent actuellement utiliser leur EC ou leur carte de crédit lors du paiement. Si cela n’est pas possible, ils s’abstiennent de retourner la pièce et approuvent plutôt un pourboire plus élevé. Se laver soigneusement les mains, le plus rapidement possible après le trajet, complète la petite étiquette du taxi à l’époque de Corona.

Quelles règles d’hygiène s’appliquent au covoiturage?

Quiconque utilise l’autopartage doit également respecter les règles d’hygiène actuellement en vigueur, telles que celles fournies par l’Institut Robert Koch et le Centre fédéral d’éducation pour la santé (BZgA), conseille le directeur général de bcs, Gunnar Nehrke.

Concrètement, cela signifie se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon pendant au moins 20 secondes avant et après avoir conduit en voiture partagée. En plus d’une meilleure protection, on pourrait également porter des gants jetables. Les conducteurs doivent également éviter de se toucher la bouche, les yeux ou le nez avec leurs mains pour réduire le risque d’infection par frottis.

Pour mieux protéger les autres utilisateurs, ils éternuent ou toussent uniquement dans le creux du bras ou dans un mouchoir. Le papier utilisé n’est pas laissé quelque part dans la voiture, mais est jeté – comme les gants – à l’extérieur dans une poubelle.

Dois-je désinfecter moi-même la voiture partagée?

Le BCS ne recommande pas la désinfection par lui-même. Parce que le nombre de surfaces potentiellement affectées dans le véhicule est beaucoup plus élevé que vous ne le pensez au début, explique Nehrke. “En plus du volant et du levier de vitesses, toutes les poignées, toutes les commandes, y compris l’écran tactile, le rétroviseur, le bouchon de remplissage de carburant, les bords du siège et les leviers de réglage du siège sont inclus”, dit-il.

Pour une désinfection complète qui crée non seulement un faux sentiment de sécurité, vous devez prendre votre temps. Et vous devez également disposer des bonnes ressources.

Par exemple, l’eau savonneuse est capable de détruire le virus corona, le BCS s’appuie sur des déclarations de virologues. Avec les désinfectants, il est important qu’ils soient explicitement étiquetés comme “virucides”. Important pour tous ceux qui souhaitent effectuer un tel nettoyage sur leur propre voiture: vous devez vérifier au préalable si l’agent utilisé attaque fortement les surfaces sensibles.

À quelle fréquence les voitures partagées sont-elles nettoyées?

Plus les véhicules sont utilisés, plus ils sont nettoyés, selon les BCS. “Pour autant que nous le sachions, les véhicules d’autopartage sont nettoyés en moyenne une fois par semaine”, explique Gunnar Nehrke. Et pour le moment, les prestataires “ont mis un accent particulier sur le nettoyage et la désinfection systématiques de l’intérieur des véhicules”. Certains auraient également augmenté la fréquence de nettoyage. Mais après chaque utilisation, ce n’est pas possible avec les véhicules distribués dans toute la ville.

 

admin