Quand les chefs de chantier sont soumis à l’assurance sociale

 

2.4.2020 – Un chef de chantier travaillant pour un cabinet d’architecture est généralement soumis à l’obligation de sécurité sociale. Cela ressort d’un arrêt publié mardi par le tribunal social de Dortmund le 10 mars 2020 (S 34 BA 4/19).

Le plaignant travaillait en tant que gestionnaire de construction indépendant dans un cabinet d’architecture depuis 2018 sur la base d’un contrat-cadre. Bien qu’il n’ait été soumis à aucune instruction, il devait tout de même se soumettre aux délais de l’entreprise. Cela concernait également les détails de la prestation de services ainsi que la prise de contact avec les clients du bureau d’architecture.

Un tarif horaire de 45 euros net a été convenu à titre d’honoraires. Le travail de l’homme consistait principalement à surveiller les chantiers de construction du bureau du client. Il n’a pas eu à tenir un registre du temps, il suffit de créer des photos et des rapports quotidiens pour documenter l’avancement de la construction.

Assurance pension allemande: pas d’activité indépendante

Le Assurance pension fédérale allemande Dans ces conditions, l’obligation d’assurance du gestionnaire du site a été établie dans le régime légal d’assurance pension et conformément à la loi sur la promotion de l’emploi. Il pensait que c’était faux. Il a donc intenté un procès contre l’assureur des pensions. Là, il a subi une défaite.

Selon le tribunal social de Dortmund, le demandeur n’était pas un travailleur indépendant. Il était plutôt employé.

Les juges ont considéré l’indication décisive d’un emploi dépendant que l’homme avait été intégré dans l’organisation du travail du bureau d’architecture et qu’il devait faire son travail lui-même. Dans l’exécution de ses tâches, il était également lié par les exigences de l’entreprise, que celle-ci avait convenues avec les clients respectifs.

Obligation de sécurité sociale en raison de l’absence de risque entrepreneurial

En revanche, le demandeur n’a pas agi en tant que partenaire contractuel indépendant, mais en tant qu’employé du bureau d’architecture. Il n’était pas non plus vraiment libre quant à ses heures de travail. Celles-ci auraient plutôt été basées sur les nécessités résultant des tâches opérationnelles de l’entreprise.

De plus, l’homme n’a pas utilisé son propre capital et ne supportait donc pas de risque entrepreneurial significatif. Le paiement d’un salaire horaire fixe ne parle pas du travail indépendant. Pour le responsable du site, les cotisations à l’assurance sociale obligatoire devraient donc être payées, à juste titre.

 

admin