Propulsés par l’hydrogène, les camions de Hyundai visent à conquérir les Alpes suisses

Je désire une offre d'assurance maladie collective sans engagement de ma part

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

FRANCFORT / ZURICH: les camions de 18 tonnes à hydrogène de Hyundai devraient prendre la route en Suisse le mois prochain alors que le constructeur sud-coréen cherche à établir un cas pour sa technologie zéro émission dans un monde à faible émission de carbone.

Inventées il y a près de deux siècles, les piles à combustible à hydrogène ont d’abord été perdues par les moteurs à combustion et traînent maintenant les batteries électriques dans la poussée pour un transport plus écologique parce qu’elles sont chères, l’hydrogène est difficile à stocker et la majeure partie est extraite du gaz naturel dans un processus qui produit des émissions de carbone.

Mais en ce qui concerne les camions, Hyundai et ses partenaires soutiennent que les batteries électriques ne feront pas toujours le travail parce que plus la charge utile est grande, plus la batterie est grosse et lourde, et c’est un problème pour gravir les montagnes suisses.

Et avec plus de la moitié de l’énergie de la Suisse provenant de l’hydroélectricité, le pays a le potentiel d’extraire l’hydrogène “vert” de l’eau par électrolyse, un procédé énergivore mais décarboné s’il est alimenté par de l’électricité renouvelable.

“Il ne suffit pas de produire un camion. Vous devez prendre soin de l’ensemble de l’écosystème, trouver des partenaires partageant les mêmes idées et montrer que tout cela a du sens pour le client”, a déclaré Mark Freymueller, directeur général de Hyundai Hydrogen Mobility (HHM).

“Il est possible de le faire avec une approche holistique et un bon état d’esprit”, a-t-il déclaré à Reuters.

Certes, l’hydrogène vert de la Suisse coûte beaucoup plus cher que le diesel, mais Hyundai espère que, alors que les gouvernements réduisent les émissions de carbone et le coût de production du carburant propre, les chiffres pourraient commencer à s’additionner.

McKinsey & Co a déclaré dans une étude en janvier que le coût de l’hydrogène fabriqué à partir d’énergies renouvelables pourrait chuter à 2 euros / kg d’ici 2030, de 3 à 4,5 euros maintenant – atteindre la parité des coûts avec le diesel pour les véhicules lourds, une fois l’efficacité relative des sources d’énergie. et les coûts à vie d’un camion sont pris en compte.

Alors que l’hydrogène est depuis longtemps considéré comme une alternative potentielle aux combustibles fossiles, les attentes que les piles à combustible auront un rôle à jouer à mesure que la décarbonisation mondiale a contribué à pousser les stocks liés à l’hydrogène à leur plus haut niveau en plus d’une décennie.

NORVÈGE SUIVANT?

Pour l’instant, Hyundai compte sur les allégements fiscaux du gouvernement pour les camions à pile à combustible et ses propres subventions pour les rendre économiquement viables pour ses partenaires: les utilisateurs finaux, les stations-service et les fournisseurs d’hydrogène vert.

Les camions H2 Xcient de Hyundai ont une pile à combustible de 190 kilowatts et sept réservoirs à haute pression contenant près de 35 kg d’hydrogène, ce qui leur donne une autonomie de plus de 400 km – bien plus loin que les poids lourds alimentés par des batteries électriques sur le marché actuellement.

Hyundai a refusé d’indiquer le montant de ses subventions. À l’échelle mondiale, la société parie fortement sur l’hydrogène et prévoit de consacrer 6,7 milliards de dollars américains à la technologie de l’hydrogène d’ici 2030 et d’augmenter sa capacité annuelle de piles à combustible à 700 000.

Il démarre avec 50 camions H2 Xcient, mais prévoit de mettre 1600 sur les routes suisses d’ici 2025 et envisage de lancer des projets similaires dans au moins deux autres pays européens cette année, en dehors de l’Autriche, de l’Allemagne, des Pays-Bas ou de la Norvège.

En Suisse, HHM, l’unité de leasing mise en place par Hyundai et la start-up suisse H2 Energy, s’est associée à Hydrospider, une joint-venture de H2 Energy avec le fabricant de gaz industriel Linde et le fournisseur d’électricité suisse Alpiq.

Hydrospider est sur le point de commencer à produire de l’hydrogène pour 40 à 50 camions Hyundai dans une usine d’électrolyse de 2 mégawatts (MW) à Goesgen. Stefan Linder, membre du conseil d’administration d’Hydrospider, a déclaré que plus de camions H2 entreraient en service, il devrait augmenter la capacité de 70 MW à 100 MW d’ici 2023-2025.

En prévision du lancement de camions à hydrogène en Norvège cette année, H2 Energy a formé un partenariat avec Nel ASA, Greenstat et Akershus Energi pour fournir de l’hydrogène vert. L’hydroélectricité fournit à la Norvège presque toute son électricité.

MODÈLE SUBVENTIONNÉ

La Swiss H2 Mobility Association – un groupe de près de 20 entreprises – sera les premiers utilisateurs, dont le plus grand détaillant du pays Migros, le producteur laitier Emmi, la chaîne d’épicerie Coop et les opérateurs de stations-service SOCAR et Tamoil.

Les utilisateurs finaux tels que Migros se sont engagés à louer les camions de Hyundai dans le cadre de contrats à la carte qui leur donnent un kilométrage, une garantie, des services, une assurance et un accès à suffisamment d’hydrogène. HHM affirme que ses contrats garantiront à Hydrospider et aux stations-service des marges sensibles dès le départ.

“Nous ne nous leurrons pas, c’est d’abord un modèle commercial subventionné”, a expliqué Freymueller de HHM, ajoutant que ce serait le cas pour l’introduction de toute nouvelle technologie.

Sur 10 ans, un investissement présumé de 1,3 million de francs suisses (1,3 million de dollars) dans une pompe pourrait être récupéré si 15 camions la visitaient exclusivement pour leurs besoins annuels de ravitaillement, selon HHM. La chaîne de supermarchés Migros prend trois Xcients et prévoit de mesurer leurs performances par rapport à un camion Mercedes-Benz alimenté par une batterie électrique, trois camions au biogaz d’Iveco en Italie – et du diesel.

À l’heure actuelle, Migros déclare payer 50 millions de francs suisses par an en droits environnementaux pour les poids lourds (LSVA) prélevés sur tous les véhicules de plus de 3,5 tonnes empruntant toutes les routes de Suisse. Les camions Hyundai seront initialement exemptés de LSVA.

Rainer Deutschmann, directeur de la logistique du transport d’entreprise chez Migros, qui exploite 900 camions faisant la navette entre 22 sites de production et près de 900 magasins, a déclaré à Reuters qu’il s’attendait à ce que plusieurs technologies jouent un rôle dans la décarbonisation.

“Nous verrons à chaque voyage quelle sera la consommation d’énergie en fonction de la géographie et de la topologie”, a-t-il déclaré.

“Avec une batterie électrique, au lieu de transporter des marchandises, vous transportez la batterie. Vous avez une autonomie de 200 km, que vous pouvez utiliser pour une ville, mais vous ne pouvez pas l’utiliser pour les Alpes”, a-t-il déclaré. “H2, vous pouvez utiliser pour tout.”

(1 USD = 0,9763 franc suisse)

(Édité par Edward Taylor et David Clarke)

 

admin