OVB: La nécessité de parler des contrats existants a augmenté

 Le conseil d’administration d’OVB note sur la situation actuelle que la réticence des clients diffère selon les pays et les régions. En 2019, les revenus de courtage en Europe ont atteint 257,8 millions d’euros. Le segment «Allemagne» y a contribué à hauteur de 61,6 millions d’euros. Ici, 28,2% concernaient les nouvelles unités de compte et 18,0% les autres produits de retraite. Le résultat consolidé a augmenté de 14,5% à 11,0 millions d’euros. Une baisse des revenus de courtage et du résultat d’exploitation est prévue pour l’année en cours.

 

En 50 ans d’existence, le conseil d’administration est présent dans 15 pays européens OVB Holding AG à une année commerciale gratifiante 2019. Lors de la conférence de presse annuelle tenue par téléphone cette année, le Directoire s’est concentré sur ses «chiffres forts» du passé, essayant ainsi d’assurer la normalité.

Carte OVB: le chiffre d’affaires est toujours possible

Pouvez-vous encore vendre des produits d’assurance et d’autres produits financiers en Europe? La réponse diplomatique de Mario Freis, PDG du groupe d’intermédiation financière, à la question d’un journaliste: “La réticence des clients diffère selon les pays et même la région.” En février, il était encore optimiste. Il est maintenant temps de garder l’optimisme.

La situation actuelle est qualifiée de “très grave”. «Des consultations sont toujours en cours. Le chiffre d’affaires est toujours possible, mais nous ressentons des réticences. »Le besoin de parler des contrats existants s’est accru. “Nous devons éliminer l’incertitude des clients”, a déclaré Freis. En 50 ans d’histoire, l’entreprise a dû faire face à de nombreux défis.

Croissance à grande échelle européenne

Au cours de l’exercice 2019, les revenus des sociétés de courtage à travers l’Europe ont augmenté de 11,4% à 257,8 millions d’euros. La plupart des marchés nationaux ont évolué positivement. Avec l’inclusion de la Belgique, le segment «Europe du Sud et de l’Ouest» a fait le plus grand bond, en augmentant de 31,7% à 73,3 millions d’euros. Mais OVB Autriche a également enregistré une croissance à deux chiffres

Le segment «Europe centrale et orientale» a contribué à 122,9 millions d’euros, soit une augmentation de 5,7%. Il comprend les marchés nationaux de Croatie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, République tchèque, Ukraine et Hongrie. 2 919 (+ 167) courtiers étaient actifs dans cette région, en “Europe du Sud et de l’Ouest” 855 (+225) et 1 333 (-38) dans le segment “Allemagne”.

Mario Freis (à gauche) et Oskar Heitz (à droite) (photo d'archive: Ullrich)
Mario Freis (à gauche) et Oskar Heitz (à droite) (photo d’archive: Ullrich)

L’Ebit dans les affaires allemandes augmente à deux chiffres

«L’Allemagne» est le plus petit des trois segments, avec des revenus de courtage de 61,6 millions après 59,3 millions (+3,7%). Le nombre de clients est passé de 616 775 à 612 982 au cours de l’année. 28,2% des nouvelles affaires en Allemagne étaient liées aux unités de compte et 18,0% aux autres produits de retraite.

La part des produits dans le domaine de l’épargne / financement du logement est passée de 15,3 à 21,0%. En revanche, les affaires avec la propriété, la protection juridique et l’assurance contre les accidents sont passées de 14,8 à 14,1%.

Le CFO Oskar Heitz était “très satisfait” du résultat avant intérêts et impôts (EBIT) généré en Allemagne. À 7,9 millions d’euros après 7,1 millions d’euros, il a augmenté de 11,1%, plus que prévu. La marge EBIT a augmenté de 0,9 point de pourcentage pour atteindre 12,8%.

Résultat financier du Groupe: dépassement des attentes

OVB a de nouveau considérablement augmenté sa base de clients de 7,8% à 3,76 millions. Le résultat d’exploitation du Groupe a augmenté de 7,0% à 14,1 millions d’euros. La valeur est légèrement supérieure à la prévision publiée dans le rapport annuel 2018 (Insurance Journal 1.4.2019). Les contributions aux revenus les plus importantes provenaient de la Slovaquie et de la Hongrie, la croissance la plus élevée étant enregistrée en Pologne.

Le résultat financier du Groupe s’élève à 1,3 (exercice précédent: – 0,3) millions d’euros. Les raisons en sont les réévaluations des titres et la baisse des dépenses dans le rapport annuel. Le résultat consolidé a augmenté de 14,5% à 11,0 millions d’euros.

Le bénéfice par action a atteint 77 centimes d’euro après 67 centimes d’euro l’année précédente. Le Directoire et le Conseil de Surveillance proposeront à l’Assemblée générale de distribuer un dividende inchangé de 0,75 EUR par action. Les principaux actionnaires sont Groupe Signal Iduna ainsi que les groupes Baloise et Generali.

Prévisions sujettes aux effets corona

Le rapport de prévision avec les informations “au 25 mars 2020” dans le rapport annuel et les restrictions telles que “sous réserve des conséquences économiques de la propagation du virus corona” indiquent clairement que les conditions-cadres essentielles peuvent actuellement changer quotidiennement.

Dans le communiqué de presse du 30 mars, les perspectives indiquent brièvement: «Le développement économique en Europe au cours de l’année en cours sera fortement influencé par les effets du virus corona. Compte tenu de l’incertitude actuelle sur l’écart, la durée et l’impact imprévisible sur le marché, nous prévoyons aujourd’hui une baisse des revenus de courtage et du résultat d’exploitation. »

De plus amples informations figurent dans le rapport annuel du Groupe 2019

 

admin