Les maisons de soins infirmiers ont continué de supprimer des emplois en juin, alors même que l’industrie des soins de santé se redresse

Je désire une offre d'assurance maladie collective sans engagement de ma part

  • Format de date :JJ . MM . AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Même si les embauches dans les hôpitaux et les services ambulatoires ont rebondi en juin, les données fédérales montrent que les maisons de soins infirmiers ont continué de perdre des emplois le mois dernier.

La pandémie de COVID-19 a contraint les prestataires de soins de santé à suspendre les procédures non urgentes, ce qui a entraîné des licenciements temporaires ou permanents qui ont culminé en avril. Mais depuis lors, les cabinets de médecins, les cliniques dentaires et même les hôpitaux ont accueilli de nouveau certains de ces travailleurs alors qu’ils ramènent les patients. Ce n’est pas le cas pour les maisons de soins infirmiers, dont les données préliminaires montrent la perte d’environ 18 300 emplois le mois dernier et, combinées aux établissements de soins pour bénéficiaires internes, ont supprimé près de 200 000 emplois au cours des quatre derniers mois.

«Il est difficile de dire quand ou si les familles se sentiront à l’aise de placer leurs aînés dans des établissements de soins infirmiers», a déclaré Christopher Whaley, chercheur en politiques chez RAND Corp.

L’industrie de la santé a globalement ajouté environ 358 000 emplois en juin, soit environ 13% de plus qu’en mai, les données préliminaires du Bureau américain des statistiques du travail montrent. Plusieurs économistes de la santé ont déclaré que le rebond interviendrait plus tôt que prévu.

Le rapport de juin signifie que les soins de santé ont retrouvé 43% des emplois perdus en mars et avril, a déclaré Ani Turner, co-directrice des stratégies de dépenses de santé durables d’Altarum.

“Deux mois plus tard, parcourir plus de 40% du chemin du retour a été plus rapide que je ne le pensais”, a-t-elle déclaré.

L’économie globale a créé 4,8 millions d’emplois le mois dernier et le taux de chômage a baissé pour le deuxième mois consécutif en juin, tombant à 11,1% contre 13,3% en mai. C’est après avoir atteint 14,7% en avril, le taux le plus élevé depuis la Grande Dépression.

Le coronavirus se propage rapidement dans les maisons de soins infirmiers car les résidents sont plus âgés, nécessitent des soins fréquents et souffrent généralement de plusieurs maladies chroniques qui augmentent leur probabilité de cas graves de COVID-19. UNE Analyse du New York Times en mai on estime que 37% des décès dus à COVID-19 sont survenus dans des maisons de soins infirmiers et d’autres établissements de soins de longue durée.

La pandémie mis à nu les problèmes de longue durée avec le contrôle des infections et la dotation en personnel dans ces installations, Commission CMS étudiera.

Contrairement aux hôpitaux et à d’autres types de prestataires, les maisons de soins infirmiers n’ont pas été en mesure de générer des revenus supplémentaires pendant la pandémie, même si elles paient plus pour assurer la sécurité des patients. Les données actualisées du BLS montrent que les maisons de soins infirmiers ont perdu 31 900 emplois en mai, presque le double la projection originale de l’agence.

Un rapport du Moody’s Investors Service de mai a déclaré que la pandémie nuisait plus aux foyers de soins infirmiers et aux personnes âgées qu’aux autres secteurs des finances publiques américaines. Depuis mars, au moins neuf emprunteurs aînés de logements ont tiré de leurs fonds de réserve du service de la dette, violé leurs engagements obligataires ou demandé une discussion avec les obligataires pour renégocier les termes de leur dette, selon Moody’s.

“Aucun autre secteur n’a vu la confluence singulière des difficultés de recettes et de dépenses en tant que secteur du logement pour personnes âgées”, indique le rapport.

Les établissements de soins communautaires pour les personnes âgées ont perdu environ 1 400 emplois, une amélioration a perdu près de 12 000 emplois.

Les hôpitaux, quant à eux, ont poursuivi leur reprise avec 6 700 embauches en juin après deux mois de pertes importantes. Bien que bien en dessous de la normale, cela a marqué une nette amélioration par rapport à mai, année où ils ont supprimé 34 500 emplois.

Le secteur ambulatoire a ajouté 371 400 emplois le mois dernier, soit environ 7% de moins que les 401 400 emplois ajoutés par le secteur en mai, un chiffre que le BLS avait révisé par rapport à son estimation initiale.

Dans le secteur ambulatoire, les cabinets de dentistes représentaient plus de la moitié des nouvelles embauches, ayant ajouté environ 190 400 emplois alors qu’ils continuent de rouvrir après les fermetures de COVID-19. Les cabinets de médecins ont créé 80 000 emplois. Les soins de santé à domicile ont créé 17 800 emplois.

Parmi ceux qui étaient au chômage en juin, 60% étaient en mise à pied temporaire, contre 73% en mai et 78% en avril.

 

admin